Contenu | Menu

Newsroom
Autres sites
Newsroom

Vie étudiante, Éthique, Développement durable, Diversité

Téléthon 2012 : trois questions au Bureau de l'humanitaire de l'EM Strasbourg

Publié le 5 décembre 2012, Mis à jour le 24 juin 2014

Du 3 au 7 décembre, l'association étudiante dédiée à l'humanitaire mobilise ses troupes pour le Téléthon 2012. L'occasion de faire la connaissance de sa présidente, Tiffany Loomans, qui décrit son engagement comme une véritable vocation.

Quelles sont les actions du Bureau de l'humanitaire de l'EM Strasbourg ?

Notre association, le BDH, propose aux étudiants de s'investir de manière bénévole et régulière à tous les niveaux : en participant aux collectes pour les Restos du cœur ou Emmaüs, ou bien en allant chaque semaine préparer et distribuer des repas aux plus démunis via notre partenariat avec l'association Abribus. Le BDH, c'est aussi et surtout le projet Karakœur : pour la quatrième année consécutive, il s'agit de participer activement au développement économique de la région de Kara, au Togo, en construisant des infrastructures, comme par exemple un dispensaire en 2012.

Quelle forme prend votre action pour le Téléthon ?

Comme l'année dernière, le BDH participe au défi lancé par le Téléthon aux étudiants en partenariat avec Mars Chocolat France : la vente de M&M's. Ce projet implique une grande préparation de notre part, puisqu'une commande de plus de 12 000 sachets a été passée et que la vente ambulante nécessite autorisations et assurance. L'an dernier, nous avions réussi à vendre plus de 9 000 sachets, donc à faire un don de plus de 9 000 euros au Téléthon : chaque sachet est acheté 1 euro et revendu 2 euros au minimum. Ce qui nous avait valu l'honneur de nous hisser au premier rang national du défi étudiant, avec près de 18 000 euros récoltés. Nous comptons bien renouveler l'exploit cette année !

Pourquoi avoir choisi de t'engager dans l'humanitaire ?

La question est difficile, tant l'humanitaire n'est pas un choix mais une vocation. J'ai toujours voulu aider les autres. Petite, quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais que j'irais construire un hôpital en Afrique pour aider les pauvres. Un rêve que j'ai pu réaliser grâce au BDH. Je ne vois pas de meilleur moyen de se sentir utile et de s'épanouir. Parce qu'il faut le reconnaître, on le fait aussi pour soi-même. Il faut avoir ça dans la peau...

 

Partagez ! Recommandez !

Liens directs
Suivez-nous
EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex, France
PARTENAIRES
  
 
    Nos réseaux              Nos labels
Image de fond

Connexion