Aller au contenu | Menu

Newsroom - EM Strasbourg Business School
Autres sites
Newsroom - EM Strasbourg Business School
Les actualités
de l'EM Strasbourg
Logo Partenaires

Témoignage d'André Marchal, diplômé de la 42è promo de l’IECS

Publié le 5 novembre 2019, Mis à jour le 13 novembre 2019

À l'occasion de la cérémonie des 100 ans de l'IECS, André Marchal, diplômé de la 42è promo et ancien président de l’association des diplômés de l'école a fait un discours rétrospectif sur son parcours.

André Marchal

André Marchal

Repartons 52 ans en arrière. 1967, l’IECS est accessible sur concours d’entrée. Celui-ci est ouvert aux prépas et aux post-bac, sans distinction. La scolarité est gratuite. Septembre 1967, c’est ma rentrée en 1ère année au 3 avenue d’Alsace. Une promo de 65 étudiants dont –tenez-vous bien– seulement 4 filles… J’en épouserai une plus tard. Que de changement depuis !

1ère année normale jusqu’à mai 68. Les évènements étudiants de l’époque sont vécus différemment à l’IECS que dans les autres composantes de l’université : en accord avec le Directeur de l’école, Jean-Marc Bischoff, les étudiants occuperont les locaux jour et nuit pour préserver la maison. Des estafettes iront observer les délibérations des assemblées générales au Palais Universitaire puis rapporterons les évènements de sorte à anticiper les nouveaux mouvements. Le compte-rendu sera systématiquement fait chez le Directeur chez qui nous avons consommé quelques bouteilles (il y a prescription). Pendant cette période, étudiants et anciens élèves dont Walter Rinckenberger réfléchissent quant aux orientations et programmes de formation de l’école. Parmi ceux-ci, l’ouverture à l’international avec notamment l’accueil d’étudiants étrangers, les cours d’informatique ; l’attachement à l’Université subsiste. En bref, si 68 n’a pas été une année révolutionnaire pour l’école, cela a marqué un changement profond. Cette année là, nos examens ont étés différés…
 
Les deux années suivantes : nous menons de front nos « études » et les activités annexes telles l’organisation de galas prestigieux et lucratifs dans le but de financer nos voyages d’études (ou de fin d’année). Beaucoup de décisions sont prises à l’annexe : le Pont des Vosges. L’IECS de l’époque, c’était trois promotions (première, deuxième et troisième année) et 180 étudiants au total.
 
Voyage en Turquie en 1970 - 42ème promotion
Voyage en Turquie en 1970 - 42ème promotion

1970 : sortie de l’école avec un diplôme d’ingénieur commercial en poche - 42ème promotion et lancement dans la vie active. Trouver un emploi n’est pas une priorité : nous avons chacun deux ou trois offres dès la sortie.

L’IECS était à l’époque une grande famille certes un peu locale mais tellement conviviale. Les promos de l’époque ont conservé jusqu’à aujourd’hui, des liens privilégiés entre anciens étudiants. J’ai toujours eu ensuite un lien affectif particulier avec l’école. En fait ça a duré 40 ans ! Dès 1980, j’ai proposé au Directeur de dispenser quelques enseignements nouveaux dans les domaines qui étaient devenus les miens (on appelle cela actuellement la logistique – Supply Chain Management) et puis au fil des ans, cette activité a pris de plus en plus d’ampleur jusqu’en 2008, date de ma fin d’activité dans la maison. J’ai donc connu les déménagements : de l’avenue d’Alsace à l’ensemble Saint Georges puis au PEGE, les changements de directeurs, la croissance des effectifs, la multiplication des diplômes, l’évolution des programmes avec 1 an à l’étranger, l’internationalisation. Le passage au statut de Grande Ecole : un tourbillon permanent surtout depuis le tournant vers l’international. J’ai connu l’évolution du nom en passant de l’Institut d’enseignement commercial supérieur à l’Institut européen d’enseignement commercial supérieur puis à EME (école de management européen), pour devenir aujourd’hui l’EM Strasbourg. Soit 50 ans de progression parfois chaotique, mais réussie.
 
null

Du fait de ma présence fréquente dans la maison, de mon attachement à l’institution, de la volonté des anciens élèves de participer au développement de l’institution comme en 68, j’ai intégré tout naturellement l’association des anciens élèves, J’en suis devenu Président, le 1er président du 21ème siècle (prise de fonction le 1er janvier 2000). Je l’ai été jusqu'à 2005. Ma croisade : l’esprit IECS et le réseau des anciens. L’association des anciens élèves est devenue IECS Network. Aujourd’hui on dit Alumni. Nous n’étions en 2005 que 4887 diplômés mais déjà répartis sur les 5 continents. Evidemment et historiquement, 20% d’entre eux sont restés en Alsace. A ce jour, tous diplômes confondus, les diplômés sont au nombre de 22 000. En 2020, notre promotion, la 42ème, fêtera ses 50 ans de sortie ! Une partie importante de nos camarades y participera dans l’esprit de nos années à l’Institut. Nous sommes passés, en 50 ans, de l’école artisanale à une quasi multi-nationale et avec un peu de nostalgie je dirai néanmoins que c’est certainement bien ainsi.
Partagez ! Recommandez !

Connexion