Aller au contenu | Menu

Newsroom - EM Strasbourg Business School
Autres sites
Newsroom - EM Strasbourg Business School
Les actualités
de l'EM Strasbourg
Logo Partenaires

Actus de l'EM Strasbourg

Une année à Sydney, entre immersion culturelle et réalité écologique.

Publié le 11 février 2020, Mis à jour le 11 février 2020

Manon Burrer, 22 ans, en 3ème année du Programme Grande École spécialité entrepreneuriat, a décidé de partir en échange à l’University of Technology de Sydney (UTS). Arrivée en Australie au mois de juillet, elle raconte ses aventures sur ce nouveau continent.

Manon Burrer

Manon Burrer

Une arrivée paisible au pays des koalas


En Australie, les saisons et le calendrier scolaire sont inversées par rapport à la France. Pour Manon, le premier semestre commence ainsi à la mi-juillet et prend fin mi-novembre (saisons hivernale et printanière en Australie). Outre le calendrier scolaire, l’intensité des cours diffère également. Avec 12 heures de cours par semaine, Manon apprécie le rythme d’étude. « Ici, la façon de travailler est vraiment différente, on a de nombreux écrits à rendre, des recherches à faire mais aussi beaucoup de travaux de groupe.» La vie sur le campus séduit l’étudiante qui aime avant tout rencontrer et échanger avec des étudiants de tous les pays du globe. « J’habite dans une résidence étudiante sur le campus. J’ai accès à la salle de sport et toutes les infrastructures, ainsi qu’aux nombreux d'événements organisés sur place comme des barbecues…»

 

Incendies en Australie : une adaptation nécessaire


Vers fin janvier-début février, l’Australie connaît souvent des incendies, explique Manon. En ce début d’année 2020, les feux atteignent une ampleur inédite. Les incendies ont commencé plus tôt, à la fin du mois de septembre 2019. Aujourd’hui encore, les forêts continuent à brûler. « Toutes les semaines, il y a de grosses fumées dans Sydney. L’odeur est très forte, tout le monde porte des masques.» Manon a reçu la visite de ses parents dont le projet était de rejoindre Melbourne en longeant la côte. Malheureusement, leur voyage a tourné court. « Sur la route, les policiers nous ont arrêtés car à 20 mètres de nous il y avait un énorme feu de forêt, c’était improbable comme situation. Heureusement, il y a eu plus de peur que de mal.» Manon relativise en réalisant que pour sa famille il ne s’agit que d’un changement de plan de vacances, tandis que pour certains c’est leur maison, leur bateau, une partie de leur vie qui est partie en fumée.

null

Une réalité écologique marquante


Très sensible à la cause environnementale, Manon avait déjà une vraie conscience écologique au moment de son départ. Pour autant, ce voyage en Australie avec ses conséquences environnementales et la rapidité du réchauffement climatique l'ont profondément marquée. « Tout est déréglé, il fait très chaud, puis très froid. Il y a eu des tempêtes de grêles, ce qui est inhabituel. Je me rends vraiment compte de l’importance de préserver notre planète.» Actuellement en vacances, Manon reçoit régulièrement des mails de l’université de Sydney l’incitant à être vigilante. Elle organise ses visites en fonction de la trajectoire des fumées dans la ville. « Avec mes amis on évite d’aller à la plage lorsque le ciel est rempli de fumée. On change nos plans, on s’adapte ; mais pour nous l’incidence est minime.»

null


Partagez ! Recommandez !

Connexion