Contenu | Menu

Newsroom
Autres sites
Newsroom
Les actualités
de l'EM Strasbourg
Logo Partenaires

Actus du management|Tourisme

Réalité virtuelle : la technologie au service du tourisme

Publié le 7 février 2019, Mis à jour le 19 février 2019

Elle s’est invitée naturellement dans les enseignements du Master 2 en Management du tourisme de l’EM Strasbourg business school. Forte des puissantes évolutions technologiques enregistrées depuis 2015, la réalité virtuelle a fait l’objet d’un module dédié à ses applications dans le tourisme sous la houlette d’un spécialiste du sujet, Silvère Besse. Les étudiants ont ainsi découvert comment elle peut stimuler les ventes ou renforcer l’attractivité d’une destination en plaçant l’expérience client au cœur de la démarche.

Dans l’agence de voyage, les clients hésitent entre deux destinations pour leurs prochaines vacances. La Croatie ou la Turquie ? Dubrovnik ou Bodrum ? Devant ce dilemme, le conseiller leur tend un casque de réalité virtuelle. En quelques instants, les voilà en immersion dans les rues de Dubrovnik. Les techniques d’enregistrement à 360 degrés et la captation des sons -spatialisés- donnent un sentiment de présence inédit. L’histoire scénarisée et les commentaires audio font le reste. Il ne manquerait presque plus que les odeurs de l’Adriatique toute proche. « Ce n’est pas de la fiction », témoignent Silvère Besse et Stefan Vrtikapa, respectivement dirigeant de la société strasbourgeoise Virtual Journey et chargé de marketing et développement commercial chez LK Tours, à Colmar.

Découvrir les voyages autrement


« La réalité virtuelle au service du tourisme est un outil formidable, complémentaire des reportages télévisés, pour découvrir de nouvelles destinations », poursuit Stefan Vrtikapa, également étudiant en alternance du Master 2 en management du tourisme de l’EM Strasbourg business school. Il est convaincu de l’importance de proposer ce genre d’outils : « Le marché du voyage aujourd’hui, c’est 50% sur le web, 50% via les agences. En tant qu’acteur physique de la vente de voyages, il est essentiel que nous parvenions à maintenir la relation humaine avec nos clients pour les faire venir en magasin, mais aussi que nous adoptions les outils numériques qui ont une réelle valeur ajoutée et qui peuvent faire la différence ». Une technologie que l’entreprise, connue pour ses activités d’autocariste, a également mis à profit pour donner envie et faire redécouvrir de façon ludique le plaisir du voyage en autocar de grand tourisme : prise de vue intérieure, reconstitution de la cabine en 3D, défilement du paysage, tout y est. « Le champ des applications potentielles est très grand », confirme Silvère Besse. Il cite à titre d’exemple un projet déployé au Musée de l’œuvre Notre-Dame, qui permet de découvrir en réalité virtuelle la flèche de la Cathédrale de Strasbourg. Des endroits techniquement inaccessibles le deviennent, d’autres disparus réapparaissent, certains nous font revivre l’histoire des lieux…

Une montée en puissance inévitable


Dans ce contexte, la sensibilisation des étudiants en Master 2 de management du tourisme de l’EM Strasbourg, confiée à Silvère Besse, prend toute sa dimension. Comme un alignement des planètes qui confirme la pertinence du sujet : le lien entre Virtual Journey et LK Tours sur ce thème est antérieur à la demande faite par l’EM Strasbourg à Silvère Besse d’animer le module. Celle-ci est également intervenue avant l’arrivée de Stefan Vrtikapa sur les bancs de l’école. « La réalité virtuelle va monter en puissance dans le tourisme », affirme Silvère Besse, « cela ne fait aucun doute ». Dans ce contexte, il est important selon lui que les étudiants sachent de quoi il retourne exactement : « les technologies disponibles, la maîtrise des termes techniques, la précision des demandes qu’ils formuleront à leurs prestataires plus tard… Il faut qu’ils soient en mesure de mener à bien des projets en ayant connaissance des contraintes, des coûts de développement, de déploiement ou de maintenance de la réalité virtuelle ». C’est d’ailleurs lors d’un cas pratique sur la Seigneurie du Château d’Andlau qu’ils ont pu toucher du doigt de façon concrète le sujet et laisser libre cours à leur imagination. Un exercice qui leur a permis de s’approprier les technologies et d’identifier le potentiel de la réalité virtuelle appliquée à un lieu chargé d’histoire. « Avec mon groupe, nous avions fait le choix de proposer une visite virtuelle en compagnie du Seigneur du Haut-Andlau », raconte Stefan Vrtikapa, « en faisant appel à la réalité virtuelle bien sûr, mais aussi à des outils de webmarketing ».

Adapter les enseignements aux nouvelles générations


Selon lui, ce module a parfaitement complété l’ensemble des enseignements et autres modules ponctuels dispensés dans le cadre de ce master : « Ils sont tous sont cohérents et m’aident à renforcer ma culture générale sur le tourisme, avec en plus l’avantage qu’ils sont dispensés par des professionnels en activité ». Un sentiment qui corrobore les objectifs affichés par l’école. « Notre ambition est de démontrer que nous sommes capables de nous remettre en question dans les enseignements et que nous pouvons aller au-delà des matières traditionnelle », confirme Coralie Haller, enseignant-chercheur et responsable du Master. Une obligation d’autant plus prégnante à ce stade que les générations d’étudiants qui vont arriver sur les bancs de l’EM à très court terme sont les premières « digital natives » et qu’il faut leur proposer des enseignements en rapport avec leur appétence pour les nouvelles technologies. Sans, pour autant, que l’on puisse imaginer à ce stade les évolutions futures des technologies de réalité virtuelle ni les surprises qu’elles nous réservent !


Conférence La digitalisation de l’industrie du tourisme : enjeux et perspectives


Voilà une thématique loin d’être saugrenue. Entre l’encombrement du ciel qui implique de plus en plus de difficultés dans le transport aérien, le sur-tourisme, qui fait naître des tensions avec les riverains et le développement de solutions digitales qui permettent de voyager en immersion sans bouger de son canapé, elle mérite d’être discutée. Ce que feront différents intervenants autour d’une table ronde lors de la conférence organisée par Coralie Haller, porteuse de la chaire « Vin et Tourisme » de l’EM Strasbourg le 7 mars prochain au château Kiener, à Colmar.

Partagez ! Recommandez !

Connexion