Aller au contenu | Menu

Newsroom - EM Strasbourg Business School
Autres sites
Newsroom - EM Strasbourg Business School
Les actualités
de l'EM Strasbourg
Logo Partenaires

Actus de l'EM Strasbourg

« Pin-up vintage » : le be distinctive de Chloé Michel

Publié le 18 novembre 2019, Mis à jour le 20 novembre 2019

Lors de son entretien de recrutement à l’EM Strasbourg il y a trois ans, Chloé Michel a dévoilé son identité de pin-up rétro. Une passion qui lui permet de développer des compétences essentielles pour sa vie personnelle et professionnelle, et de rencontrer des femmes qui l’inspirent, de véritables mentors.

Chloé MICHEL

Chloé MICHEL

Des figures féminines inspirantes


En 2015 au salon vintage Gundo'bylette, Chloé Michel découvre l’esthétique des pin-up et tombe amoureuse du style et de l’état d’esprit de ce mouvement. Il s’en suit une série de rencontres qui vont amener Chloé bien au-delà de sa passion pour un style vestimentaire. Elle rejoint une communauté de femmes engagées sur des sujets sociétaux, parmi lesquelles elle trouvera de véritables mentors.

Anastasia Adam sera sa première guide en matière de tendances rétro. « Elle m’a fait essayer une tenue et cela a transformé le regard que je portais sur moi. Je me suis trouvée belle. Au fil de mes visites dans sa boutique à Molsheim, nous sommes devenues amies et elle m’a appris l’art des tenues vintage », explique Chloé.
 
Anastasia & Chloé
Anastasia & Chloé

Désormais adepte des marchés au puces, Chloé y croise régulièrement la strasbourgeoise Sonia Dugravot, figure emblématique de la communauté pin-up strasbourgeoises. « Elle organise régulièrement des shootings photo pour la communication de sa boutique, et veille à choisir des femmes aux silhouettes variées. J’y ai déjà participé plusieurs fois, et ses photos contribuent à me donner confiance. Les personnes comme elle transmettent des valeurs importantes de Body positivity au sein du mouvement pin-up. »
 
« Mon entourage pin-up est constitué de femmes droites, bienveillantes et solidaires. Ce sont des modèles. » Chloé Michel

La troisième influence de Chloé Michel se nomme Valérie Schoettel et n’est autre que Miss pin-up Grand Est 2018. Son engagement auprès de personnes sans domicile fixe, de personnes handicapées ou encore de femmes victimes de violence est une source d’inspiration pour Chloé. C’est ainsi qu’elle rejoint les Elsass Girls un groupe de pin-up qui participe dans toute l’Alsace et la France à l'animation d'événements vintage. « Récemment, nous avons organisé une visite à la SPA, pour sensibiliser le public au sujet de l’adoption des animaux abandonnés. »
 
Valérie & Chloé
Valérie & Chloé
 

Réunir vie professionnelle et vie privée.


Si l’univers du vintage est une passion pour Chloé Michel, elle y voit aussi des opportunités de développement professionnel. Sa passion lui permet de travailler des soft skills telles que la confiance, la gestion du stress, ou la créativité.

En octobre 2019, la jeune femme se confronte à la difficulté d’évoluer sur scène, en participant au concours de Miss pin-up Grand Est 2019. « Cette expérience m’a appris à gérer mon stress en public, à créer et présenter un show… et comme je n’ai pas eu la chance d’avoir une place sur le podium, cela m’a également permis de reprendre confiance en moi après un échec. »
 
null

Elle peaufine ces soft skills à l'EM Strasbourg également. « Peu de temps après le concours de Miss, j'ai exploré ces compétences en profondeur lors d’un séminaire organisé par le service Cap Career. Nous avons bénéficié de cours d’improvisation et de pitch, appris à parler en public et à présenter un projet. Ce sera extrêmement utile pour ma vie professionnelle, et dans mon rôle d’égérie de l’association de pin-up Elsass Girls. »

Chloé Michel espère que travail et passion sauront se rencontrer, même si elle ne prévoit pas de faire carrière dans le divertissement. Actuellement étudiante en M2 Supply Chain Management et Achat International à l’EM Strasbourg, elle surveille le secteur des vêtements et articles de mode vintage. « En France, la plupart des boutiques sont trop petites pour qu’il y ait des emplois en Supply Chain. J’ai l’oeil sur quelques grandes marques aux Pays-Bas et aux États-Unis. » La pin-up Strasbourgeoise sera diplômée dans un an : c’est une affaire à suivre !

En savoir plus :
Partagez ! Recommandez !

Connexion