Aller au contenu | Menu

Newsroom - EM Strasbourg Business School
Autres sites
Newsroom - EM Strasbourg Business School
Les actualités
de l'EM Strasbourg
Logo Partenaires

Actus de l'EM Strasbourg

Mad’EMoiselle, l’association étudiante qui lutte contre le harcèlement sexiste dans les espaces publics

Publié le 26 août 2020, Mis à jour le 26 août 2020

Mad’EMoiselle est une association étudiante du programme Bachelor de l’EM Strasbourg, créée par quatre étudiantes en 2ème année du Bachelor International Manager. L’objectif : lutter contre le harcèlement sexiste qui sévit dans les espaces publics, et valoriser la place des femmes dans la société.

Mad'EMoiselle

Mad'EMoiselle

L’association


Durant l’été 2019, Lisa, Aliénor, Eva et Romane, quatre étudiantes du Bachelor Affaires Internationales se réunissent pour lancer le projet Mad’EMoiselle. En faisant quelques recherches sur le harcèlement sexiste, les chiffres sont frappants : 82% des françaises de moins de 17 ans ont déjà été victimes de harcèlement de rue. 81% des utilisatrices de transports en commun ont vécu au moins une situation de harcèlement sexiste voire d’agression sexuelle. Pour les quatre étudiantes, le constat est simple : il faut réagir. Elles décident alors d’organiser leurs actions en deux temps : sensibilisation et prévention. Les actions de sensibilisation se feront par le biais des réseaux sociaux. Elles créent un compte Instagram (@mademoiselle.strasbourg) où elles partagent des portraits de femmes engagées en faveur des droits des femmes (de Simone Veil à Emma Watson en passant par Coco Chanel) et des informations factuelles concernant les inégalités hommes/femmes.

Leur projet : le cocktail #SOSMADEMOISELLE

En parallèle, elles cherchent à agir concrètement pour que les femmes se sentent plus en sécurité dans les espaces publics. En s’inspirant du concept « Angela », déjà présent en Amérique du Nord et au Royaume-Uni, elles décident de créer leur propre concept de cocktail fictif. Le principe est simple : si une femme ne se sent pas en sécurité ou est témoin d’un comportement anormal, elle devrait pouvoir être aidée. C’est là que le « Mademoiselle » intervient : en demandant ce cocktail au bar d’un établissement partenaire de l’association, une personne viendra en aide à la victime.
Les quatre étudiantes ont donc démarché les bars Strasbourgeois à la recherche d’établissements partenaires, et leur projet est déjà mis en place dans une trentaine d’entre eux. Pour les reconnaître, rien de plus simple : un sticker représentant le logo de l’association est présent sur leur devanture, et des affiches descriptives sont apposées dans les sanitaires féminins.


L’emballement médiatique


Rapidement, les presses locales , telles que Pokaa et France 3 Alsace s’intéressent au projet. Ensuite, cela s’étend au niveau national avec des journaux et magazines comme Le Parisien et 20 minutes. A ce moment-là, ce sont les établissements qui commencent à se manifester pour devenir partenaires du projet. Pour n’en citer que quelques-uns, vous trouverez aujourd’hui la fameuse vignette sur les devantures des Savons d’Hélène, du Délirium, du QG ou encore du Barberousse, où a eu lieu la soirée de lancement du projet #sosmademoiselle.

Elles ont désormais agrandi l’association en recrutant trois autres étudiantes de l’EM Strasbourg et sont encore en quête de nouvelles et/ou nouveaux membres. Leur nouvel objectif : étendre leur projet au niveau régional ! Une campagne d’affiches de sensibilisation sur le campus de l’Université de Strasbourg est également en réflexion, alors pas d’inquiétude : on n’a pas fini d’entendre parler de Mad’EMoiselle.
Partagez ! Recommandez !

Connexion