Contenu | Menu

Newsroom
Autres sites
Newsroom

Vie de l'école

Valéry Giscard d’Estaing, une nouvelle « Europa »

Publié le 19 février 2015, Mis à jour le 5 octobre 2015

A l’initiative du Mouvement Européen-Alsace, l’EM Strasbourg a accueilli Valéry Giscard d’Estaing le 11 février, pour une conférence à l’occasion de la sortie de son livre « Europa - La dernière chance de l’Europe ».

Valéry Giscard d'Estaing

Valéry Giscard d'Estaing

À 89 ans, l’ancien président de la République entend encore jouer un rôle dans l’évolution de l’Europe. Au cours d’une conférence présidée par le député européen Jean-Marie Cavada et en présence du Président de l'EM Strasbourg, François Loos, il a présenté son projet pour l’Union européenne. « La première fois que je suis arrivé à Strasbourg, c'était en char, en 1945. Aujourd’hui, je viens parler de l’Europe dans l’école de management de cette ville devenue capitale européenne. Je m’en réjouis car l’éducation est un enjeu prioritaire dans la mise en œuvre du projet européen », confie Valéry Giscard d’Estaing.

Européen convaincu, il n’a cessé de croire au projet initié après la deuxième guerre mondiale par le couple franco-allemand. Il rappelle pourtant que les enjeux de cette union ne sont plus les mêmes qu’alors, quand son rôle était avant tout de garantir la paix.   
 

« Europa » monétaire

Pour faire avancer l'Europe, l’ancien président de la République imagine une zone euro où « ceux qui veulent conserver cette monnaie forte doivent absolument respecter les règles » précise-t-il en faisant allusion à la Grèce, dont le projet politique du nouveau gouvernement semble incompatible avec ce principe.

Sur le modèle d’une fédération économique, « Europa » allierait à la monnaie unique un « Trésor d'Europa », sorte de service fiscal commun dont le but serait l’émission d’une dette européenne unique au lieu de vingt-huit dettes correspondant aux vingt-huit états membres.

« C’est un nouveau système fiscal à inventer, il nous faut une politique budgétaire commune. À l’image des Etats-Unis, Europa doit afficher un impôt unique pour les entreprises, les particuliers et les patrimoines, ainsi qu’une solidarité a minima selon des critères très précis ».

Photos © Clément Renaut


Fédération fiscale

Ce nouveau modèle d’intégration européenne conduirait des pays de la zone euro à concrétiser une union budgétaire et fiscale. Quant aux difficultés techniques, l'ancien chef de l'État estime qu’aucun aspect n’est insurmontable et place sa confiance dans les générations à venir.

Face aux questions de l'auditoire, Valéry Giscard d'Estaing répond avec humour et irrévérence. Que dire de la gestion de la crise Ukrainienne ? « Tous les hommes sont marqués par le métier qu’ils ont fait » relève-t-il à propos de l’ancien officier du KGB Vladimir Poutine. Serez vous candidat aux prochaines élections présidentielles ? « Maintenant que vous en parlez, je me pose la question ! »

Il regrette par ailleurs le paradoxe de la situation anglaise, problématique soulevée dans la salle « L’Angleterre s’est isolée elle-même. Ils sont entrés dans l’Union européenne sans avoir jamais véritablement intégré la structure ». Mais il souhaite une Europe avec la Grande-Bretagne, force économique et membre historique. Quant aux questions que pose l’élargissement de l’Union européenne, Valéry Giscard d’Estaing déplore l’état des systèmes policiers et judiciaires de certains pays membres comme la Roumanie et la Bulgarie, mais rappelle que ces pays « ont vocation à être intégré au projet ». Il invite également à une réflexion très pratique pour améliorer l’efficacité des échanges entre états membres, préférant de petites commissions désignées à une assemblée systématique de vingt-huit membres. « Faites le calcul » a-t-il lancé à l'audience, « combien font cinq minutes de parole multipliées par vingt-huit ? »



Partagez ! Recommandez !

Le mot d'accueil de François Loos


François Loos, président de l'EM StrasbourgFrançois Loos,  ancien ministre, vice-président du conseil régional et Président de l'EM Strasbourg, a introduit la conférence de Valéry Giscard d'Estaing le 11 février à Strasbourg.

"Pour nos étudiants, l'Europe est une réalité dont personne n'imagine la disparition. En janvier, l'école a organisé avec des étudiants de 12 nationalités différentes un débat au Parlement Européen [...] Ils ont débattu en 7 groupes politiques sur l'étiquetage des produits issus de l'agriculture biologique. Ils ont été comme des députés européens au parlement européen.
En janvier aussi l'école a obtenu le premier prix du Moniteur du Commerce International pour notre master international. [...] notre école est européenne, très ouverte sur le monde, et très fière de vous accueillir, merci."

Sur Twitter



Liens directs

Suivez-nous

EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex
PARTENAIRES
  
 
    Nos réseaux              Nos labels
Image de fond

Connexion