Contenu | Menu

Newsroom
Autres sites
Newsroom

Développement durable

Management du risque: l’entreprise entre responsabilité et opportunités

Publié le 6 avril 2016, Mis à jour le 18 avril 2016

Qu’il soit économique, environnemental, sanitaire… Aucune entreprise n’est à l’abri du risque et les dirigeants doivent vivre avec, sans être paralysés. En les anticipant au maximum, ils se donnent les moyens de les éviter ou de les surmonter, avec souvent à la clé, un impact bénéfique sur la bonne marche de l’entreprise.

« Par définition, l’entrepreneur aime prendre des risques, sinon, il n’assumerait pas cette fonction ». Responsable de la Chaire Développement durable de l’EM Strasbourg, Pia Imbs dédramatise d’entrée de jeu la notion de risque qui pèse sur l’entreprise.

Pour autant, elle ne nie pas que l’environnement, le contexte économique ou encore les réseaux sociaux, parmi de nombreux facteurs, sont autant d’épées de Damoclès en suspens sur le chemin de l’entrepreneur et de sa société.
Par cette formule introductive, Pia Imbs rappelle que depuis toujours, le risque fait partie de la vie de l’entreprise et de son dirigeant. En revanche, ce qui est nouveau, c’est leur diversification. Les entreprises se voient contraintes de prendre en compte des paramètres qui jusque-là leur étaient lointains, presque étrangers. « Les risques sont nombreux », confirme Pia Imbs, « les plus communément admis relèvent de la situation financière de l’entreprise et de son taux d’endettement. La fragilisation des positions commerciales ainsi que la dégradation de l’ambiance de travail sont également des dangers pouvant entraîner turnover et absentéisme chez les collaborateurs ».

Les nouveaux risques venus de l’extérieur

A ces facteurs intrinsèques s’ajoutent des risques venus de l’extérieur, susceptibles d’impacter la bonne marche de l’entreprise. Au premier rang, le dérèglement climatique. Une réalité qui expose physiquement l’entreprise aux aléas du climat et à ses conséquences, la contraint à adapter son activité, ses modes opérationnels et, parfois, jusqu’à son modèle économique. « A ces aléas s’ajoutent les risques liés au fonctionnement ou à la production même de l’entreprise. Ceux-ci peuvent être pourvoyeurs de risques sanitaires pour la société civile, à court ou plus long terme », complète Pia Imbs. Autre point sensible : la réputation de l’entreprise. Un risque largement amplifié par la caisse de résonnance des réseaux sociaux dans la diffusion de messages négatifs qui sont susceptibles de ruiner une image patiemment construite.

Une occasion de repenser l’entreprise

Ce recensement des risques qui pèsent sur l’entreprise, quelle que soit sa taille, est loin d’être exhaustif. Si certains dirigeants y voient une contrainte, d’autres y décèlent aussi une opportunité unique pour repenser leur entreprise, se réorganiser et remettre à plat leurs procédures et parfois leurs structures. En témoigne l’apparition de nouveaux métiers dans les entreprises comme les responsables qualité ou conformité, les community managers, etc. « Des audits sociaux et environnementaux, proposés notamment par Afnor, existent pour accompagner les entrepreneurs dans cette démarche et obtenir les certifications qui valident non seulement la prise en compte des risques, mais aussi la capacité de l’entreprise à les anticiper, à les minimiser et à réagir en cas de survenance », poursuit Pia Imbs.

RSE et Développement durable

La gestion des risques en entreprise est aujourd’hui largement empreinte des travaux de Responsabilité sociétale des entreprises et de Développement durable. Ces démarches ambitionnent de créer un modèle embrassé à la fois par le management et les salariés, où chacun peut trouver un nouveau challenge professionnel et des motifs de satisfaction ou d’épanouissement. Un projet fédérateur qui peut apporter une fluidité à l’entreprise, à la fois dans son mode de fonctionnement et dans ses relations humaines, mais également une transparence nouvelle et porteuse en terme d’image à l’extérieur.
« Je suis convaincue que les chefs d’entreprises ont conscience de cette notion de risques qui pèsent sur leur activité. Même si tous ne sont pas encore engagés dans une démarche de prévention et de maîtrise », poursuit Pia Imbs. La gestion des aléas peut nécessiter un investissement financier qui n’est pas anodin pour l’entreprise. Mais les retombées positives peuvent s’avérer lucratives à long terme, notamment grâce à l’optimisation des coûts et du niveau d’activité. A la clé, le renforcement de l’image de l’entreprise auprès de ses clients ou prospects. « Petite ou grande entreprise, l’essentiel tient parfois dans la capacité à prévenir les risques sans en faire une fixation qui pourrait, au final, avoir l’effet inverse de celui espéré : une vigilance abaissée et une réactivité amoindrie », conclut Pia Imbs.


Partagez ! Recommandez !

Le management des risques rend-il responsable ?


Le 5 avril 2016, l’EM Strasbourg a organisé une conférence Avis d’expert dans le cadre de sa Chaire Développement durable de l'EM Strasbourg, en partenariat avec le groupe AFNOR.

Invités

Pia Imbs, Responsable de la chaire développement durable de l’EM Strasbourg
• Bernard Mawhin, Expert en management des risques industriels
Patrick Widloecher, Déontologue du groupe La Poste
Pascal Thomas, Délégué régional AFNOR

Liens directs

Suivez-nous

EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex
PARTENAIRES
  
 
    Nos réseaux              Nos labels
Image de fond

Connexion