Contenu | Menu

Newsroom
Autres sites
Newsroom

Ressources humaines

Loin des projecteurs, la précarité des carrières sportives

Publié le 27 avril 2015, Mis à jour le 11 janvier 2016

Le 17 avril dernier, Jean-Pierre Karaquillo, président du Centre de Droit et d’Économie au Sport, le Comité Régional et Sportif d’Alsace et la Région Alsace ont souhaité sensibiliser l’audience sur le statut des athlètes de haut niveau. Une conférence organisée par l’EM Strasbourg Business School.

C’est un fantasme récurrent, lorsque l’on jette un œil à la Une de l’Équipe, que de s’imaginer à la place de sportifs qui mènent la belle vie. Mais qu’en est-il de tous les autres, tous ceux qui s’écharpent pour exister loin des projecteurs ? C’est la question à laquelle Jean-Pierre Karaquillo tente de répondre. Il a créé le Centre de Droit et d’Économie du Sport en 1978 avec pour objectif notamment de rendre plus juste un milieu qui donne beaucoup à ses vedettes et peu à ses travailleurs de l’ombre.

Isabelle Barth, directrice générale de l’EM Strasbourg, introduit la conférence avec un parallèle entre sport et management. « Je sors d’un marathon pour préparer un audit de l'école, ça donne une idée de la fatigue», plaisante t-elle, puis affirmant plus sérieusement pratiquer une forme de sport dans le cadre de son travail. « Motiver des équipes, comprendre leur fonctionnement, conduire vers des projets communs : tout cela démontre une proximité avec le geste du sport. Le sport dans l’entreprise permet d’instaurer un management bienveillant et d’aller vers une meilleure qualité de relation. »

« Zlatan est un épiphénomène »

« Vous attendiez le ministre : je ne suis pas ministre », lance en guise d’ouverture Jean-Pierre Karaquillo. « Pas encore », lui répond-on dans l’assistance. À l’âge de la reconnaissance, celui qui se décrit comme un « enfant légitime du sport » pour l’avoir connu depuis les hautes sphères administratives mais aussi près des terrains – il a été président du club de basket de Limoges l’année de sa remontée en Pro A, en 2000 – dégage une impression de force tranquille. Il s'apprête à détailler son dossier remis en début d’année au Secrétaire d’État aux Sports, Thierry Braillard, sur les statuts des sportifs. De tous les sportifs. « Zlatan Ibrahimovic est un épiphénomène ; le sportif de haut niveau n’est pas limité à celui qui gagne des fortunes. »

Lâchés dans la nature


« Lorsqu’ils débutent leur carrière, les sportifs n’ont aucune connaissance des dangers qui les guettent. Ils sont lâchés dans la nature », assène-t-il. Avant de se livrer à un vibrant réquisitoire pour dénoncer l’absence de couverture sociale dans le monde du sport : « Vous, représentants du sport français, devez assurer les sportifs de haut niveau pour les assujettir à la loi de sécurité sociale, et considérer les blessures des athlètes comme des accidents de type professionnel. » L’histoire du vice-champion olympique de gymnastique Thomas Bouhail, dont la grave blessure à l’entraînement a brisé la carrière, semble l’avoir particulièrement touché.

La conférence s’achève par le témoignage de l’entraîneur d’un champion français de paradressage. Diagnostiqué « infirme cérébral », ce dernier n’est plus considéré comme sportif de haut niveau depuis novembre dernier car ses performances sont jugées « insuffisantes » par la fédération. Un triste exemple qui montre que le chemin reste long pour que les sportifs de haut niveau disposent des mêmes droits que les autres citoyens français.

Les préconisations de Jean-Pierre Karaquillo s'articulent autour de deux axes
: préparer les sportifs à la carrière sportive et à "l'après-carrière" sportive, et protéger les sportifs pendant la carrière sportive et sécuriser leur statut juridique. Proposition n°25 : "Mettre en place un dispositif de couverture accident du travail avec une prise en charge par l’État, complétée par une assurance complémentaire fédérale".

Pour aller plus loin :



Rédacteur : Bastien Fachan, étudiant en 2e année du PGE à l’EM Strasbourg et membre du Bureau des Sports de l’EM Strasbourg.

Partagez ! Recommandez !

Liens utiles

Le BDS de l'EM Strasbourg





Le Bureau des Sports de l’EM Strasbourg est une association permettant aux étudiants de l’école de pratiquer plus d’une dizaine de sports et de participer aux compétitions universitaires et inter-écoles. Ses membres organisent également plusieurs événements tout au long de l’année dont la World Friendship Cup (rencontre sportive amicale entre Français et Erasmus), le WESKI (week-end ski en partenariat avec le Bureau des Élèves) ou encore le TIGRES (Tournoi Inter-Grandes Écoles de Strasbourg réunissant l’EM, l’IEP et l’ENGEES sur un week-end).

Depuis 2013, le BDS a aussi pour mission de diffuser l’identité « Storks » - une référence aux universités américaines et à l’emblème de la ville de Strasbourg, la cigogne – auprès des étudiants à travers une gamme de vêtements (tee-shirts, casquettes), le site gostorks.com, une application smartphone et une page Facebook, facebook.com/gostorks. L’actualité sportive de l’école est relatée au quotidien sur ces différentes plateformes.
 

Suivez-nous

  • Facebook
  • Flux RSS
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Youtube
EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex
PARTENAIRES
  
 
    Nos réseaux              Nos labels