Contenu | Menu

Newsroom
Autres sites
Newsroom

Entrepreneuriat, Ressources humaines

L’échec en entreprise, comment rebondir ?

Publié le 2 avril 2015, Mis à jour le 12 octobre 2015

Parce que l’échec fait partie intégrante du parcours professionnel, le centre entrepreneurial de l’EM Strasbourg avait invité lundi 9 mars l’association 60 000 Rebonds et sa jeune antenne alsacienne pour en parler lors de la 47e conférence du cycle « Phare ». Retour sur deux témoignages qui questionnent notre regard sur l’échec.

"Celui qui n’essaie pas ne se trompe qu’une fois." La phrase est de Véronique Sanson, reprise par Isabelle Barth, professeur des universités et directrice générale de l’EM Strasbourg qui animait la conférence. "Dans une société de winners où l’injonction de la réussite est devenue un leitmotiv, il faut briser les tabous et voir l’échec comme un apprentissage dans le parcours de la réussite. À quand les cours de fail management à l’EM ?", sourit-elle. Les témoignages de Philippe Rambaud, président et fondateur de 60 000 Rebonds, et d'Emilie Gobin-Mignot, start-upeuse, constituent un premier pas pour aborder ce sujet sensible.

Philippe Rambaud

Son parcours et son échec

Ancien cadre dirigeant chez Danone où j’étais resté 25 ans, j’ai créé une start-up en 2000 avant de connaître la liquidation judiciaire en 2008. La conjoncture économique nous a été fatale car elle a mis en évidence des erreurs de management que j’avais commises. J’ai dû me séparer de mes 21 jeunes collaborateurs que j’avais embauchés et auxquels j’étais très attaché. Symboliquement, je me suis senti capitaine d’équipage, faisant couler son navire, et noyant son équipage.

Son analyse

A 56 ans, je n’étais pas préparé à vivre des mises à l'épreuve de cette intensité. J’avais bien eu des échecs dans ma vie, mais pas la violence de ce triple traumatisme personnel, professionnel et financier. Échouer fait partie de notre vie ; sinon on ne vit pas. Il faut apprendre à nos enfants qu’ils ont le droit à l’erreur, qu’on n’est pas omni-compétent et qu’on ne maîtrise pas tout de sa vie.

Sa manière de rebondir

J’ai eu la chance d’être protégé (par l’assurance-chômage notamment), très bien entouré et conseillé. Mes clients historiques m’ont poussé à créer un cabinet de conseil en stratégie et m’ont immédiatement confié des missions. Néanmoins, en évoquant mon histoire, je me suis rendu compte que j’avais les mêmes blessures que les 60 000 entrepreneurs français qui chaque année connaissent la liquidation judiciaire et ses dommages collatéraux : la honte, la culpabilité, la solitude, l’insécurité. Quand le désir d’entreprendre est revenu, j’ai créé 60 000 Rebonds, une association bénévole pour aider ces entrepreneurs à passer le cap, avec l’aide de Jacques Attali et d’Ernst&Young.

Emilie Gobin-Mignot

Son parcours et son échec

En 2008, je rencontre un industriel de l’ameublement qui a l’idée innovante de vendre des meubles sur internet. En 2009, on crée l’entreprise. Au bout de 3 mois on rentre 100 000 € de chiffre d’affaires par mois, et au bout de 4 ans, l'entreprise compte 40 salariés. Mais au cours de la 3e année, nous nous sommes fait devancer par la concurrence. Puis ça a été de mal en pis, il y a eu des failles d’exécution, des clients n’ont pas été livrés, notre équipe a été gagnée par le doute.

Son analyse

Nous étions pleins d’enthousiasme mais nous avions négligé les fondamentaux: nous n’avions pas assez analysé le marché, les clients, notre positionnement. Par la suite, nous nous étions associés avec des gens qui n’avaient pas les mêmes intérêts que nous. Aujourd'hui, je me dis que tout est allé très vite : on ne nous prépare pas à l'échec, mais on ne nous prépare pas non plus au succès.

Sa manière de rebondir

Il y a d’abord eu la rencontre avec Philippe Rambaud, qui m’a permis de voir l’échec sous un jour nouveau. Aujourd’hui, je me suis reconstruite en étant entrepreneur en résidence : j’accompagne une quinzaine de start-ups dans le développement de leur activité.

Partagez ! Recommandez !

Une antenne de 60 000 Rebonds à Strasbourg

60 membres ont déjà rejoint l’antenne Alsace de l’association 60 000 Rebonds. Créée au dernier trimestre 2014, l’association a élu domicile au quartier des Halles à Strasbourg.

"Nous avons l’ambition d’aider, en 24 mois, les entrepreneurs touchés par la faillite à retrouver l’envie d’entreprendre et l’envie de relancer la croissance"
, explique Georges Hakim, président de l’antenne alsacienne. À 62 ans, cet ancien dirigeant d’entreprise, qui a cédé plusieurs de ses affaires, connaît trop bien la croissance et la décroissance économique de l’Alsace ces 10 dernières années pour savoir que l’échec dépend aussi d’une conjoncture peu favorable. "Notre rôle est devenu indispensable", insiste-t-il.

  • 60 000 Rebonds, quartier des Halles 67000 Strasbourg. Tel : +33 (0)6 09 08 02 66

Ils l'ont dit

"L’économie du 21ème siècle sera celle du savoir-être plus que celle du savoir-faire ; les cicatrices de l’épreuve, si elles ont été vraiment travaillées, seront des facteurs essentiels de légitimité des dirigeants" Philippe Rambaud

"On ne nous prépare pas à l'échec, mais pas non plus au succès." Emilie Gobin-Mignot


Liens directs

Suivez-nous

EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex
PARTENAIRES
  
 
    Nos réseaux              Nos labels
Image de fond

Connexion